"From Global Crisis to Global Justice: Women transport workers fighting back"

ITF women rally against violence

ITF women's conference participants in Delhi

ITF women's conference participants in Delhi

Wadha Daabis

 

Sheela Naikwade, Maharashtra State Transport Kamgar Sanghatna

Rally Protesting Violence Against Women at New Delhi 2014

Rally Protesting Violence Against Women at New Delhi 2014

Alma Teresa, Alianza de Tranviarios de Mexico

Welcoming the launch of the new ITF action on violence guide

Welcoming the launch of the new ITF action on violence guide

Conference Updates

video
La riposte des femmes de l'ITF

La Conférence des femmes de l’ITF s’est achevée aujourd’hui avec près de 300 femmes de 80 pays s’engageant à prendre des mesures pratiques pour prendre la tête du changement, développer leurs syndicats afin de renforcer les activités liées au genre et relever les défis qui se posent aux travailleurs et travailleuses des transports partout dans le monde.

Diana Holland, Présidente du Comité des femmes de l’ITF, et Alison McGarry, Coordinatrice des travailleuses des transports, reviennent sur les débats de la conférence et leurs résultats.

Des enjeux prioritaires tels que le travail précaire et peu rémunéré, le transport public de qualité, l’augmentation de la force industrielle, et la réponse à la nature changeante de l’industrie des transports ont été identifiés. Consultez certaines recommandations des femmes de l’ITF ici >>

Il nous était difficile de porter des uniformes taillés pour les hommes

Nous allons améliorer les choses pour les femmes

Rendez-vous sur les pages en espagnol, français, et arabe pour entendre des témoignages du Maroc, de Libye, de Palestine ou du Chili.

28 January 2014
update
La violence et le leadership au cœur des discussions

Alma Teresa, Alianza de Tranviarios de Mexico : « Ce problème nous préoccupe particulièrement au Mexique. Le harcèlement sexuel sur le lieu de travail est malheureusement très élevé ; 26 % des femmes interrogées ont affirmé en avoir été victimes.Il existe une législation qui défend les victimes et tente de réduire ce phénomène, et nous avons en outre bénéficié du soutien de l'ITF. »

Satish Kumar Singh, du Centre pour la santé et la justice sociale, s'est adressé aux déléguées : « La violence à l'égard des femmes et un problème qui ne concerne pas uniquement les femmes. C'est une question de justice sociale, et les hommes doivent prendre leurs responsabilités et être des partenaires actifs dans cette lutte ; les hommes de qualité n'ont pas peur de l'égalité. »

Mich-Elle Myers, MUA : « La violence s'accompagne de circonstances dans lesquelles on peut avoir besoin de s'absenter du travail, pour se rendre chez le médecin, ou solliciter du soutien, et pour de nombreuses femmes cela signifie perdre son emploi. En Australie, notre syndicat offre des installations aux travailleuses et a débuté le dialogue avec les hommes ; nous mettons cette question au premier plan. »

Julia Bercerra, Centro de Capitanes de Ultramar y Officiales de la Marina Mercante, Argentine : « En ce qui concerne le harcèlement sexuel, nous disposons d'une réglementation interne permettant de prendre des sanctions contre les collègues le cas échéant. Tout particulièrement lorsqu'un capitaine est responsable d'un acte de violence à l’égard d'une femme, il n'est pas possible qu'il échappe à une mesure disciplinaire, il y a un système en place. »

Bhanuka Lasanthie, femme marin sri-lankaise : « J'ai été harcelée physiquement et agressée à bord de mon navire. Je suis la première femme marin du Sri Lanka ; après cet incident, les deux autres femmes qui avaient suivi mes pas dans ce secteur d'activité ont dû partir. Aucune entreprise n'accepte de m'embaucher, je veux qu'on me rende mon travail, je veux devenir capitaine, je suis ici pour faire entendre ma voix. Je veux retrouver ma vie d'avant. »

L'intervention de Bhanuka a été suivie d'une standing ovation de la part des déléguées :

Les femmes présentes à La conférence ont salué la publication d'une nouvelle ressource pédagogique et de campagne : le Guide d'action de l'ITF sur la violence à l’égard des femmes.

Téléchargez cette publication disponible en anglais, arabe, français et espagnol.

Arti Vyas, employée d'Air India : « Nous nous tenons aux côtés des hommes. Nous se savons pas ce que l'avenir nous réserve. Nous devons faire face à une fusion, une décision de la Cour Suprême et nous affrontons cela tous ensemble, sans divisions. »

Sheela Naikwade, Inde : « J'ai commencé par organiser toutes les travailleuses, ce qui était difficile car ce sont des conductrices. Je veux faire ce travail. Les travailleuses sont confrontées à de nombreux problèmes : les conductrices enceintes qui doivent assurer leur poste, les heures de travail de nuit, l'absence de sanitaires... J'ai mis en place un programme sur le lieu de travail, pour organiser les travailleuses sous la bannière « Mon Syndicat ». Il faut une tribune aux problèmes rencontrés par les femmes, une formation à la coordination et la communication. Mais nous ne voulons pas travailler séparément des hommes, nous voulons travailler avec eux, avec le Comité principal. »

28 January 2014
update
À vous de définir les enjeux prioritaires

Stephen Cotton a chaleureusement accueilli près de 300 déléguées de 80 pays le deuxième jour de la conférence.

 « La stratégie néolibérale a affaibli les droits des travailleurs et des travailleuses sur le lieu de travail et dans la législation. Les femmes et les jeunes sont ceux qui ont le plus souffert, alors que nous voyons les multinationales se déplacer d’une juridiction à l’autre en s’efforçant de faire davantage de bénéfices aux dépens de la sécurité de l’emploi des travailleurs et de leur dignité. Nous devons nous attaquer à la priorité donnée au court terme et à la sous-traitance qui sont devenus la norme dans de nombreuses parties de la chaîne d’approvisionnement. »

Il a souligné l’importance du développement des syndicats au travers de plans d’action d’organisation solides : « Nous forgeons des alliances avec d’autres FSI et la CSI pour faire progresser la stratégie d’organisation. Pour nous assurer que les entreprises opèrent dans la durabilité et partagent leurs bénéfices avec les travailleurs et les travailleuses. »

Et de poursuivre : « Nous avons besoin que les syndicats changent leur état d’esprit, la syndicalisation des femmes est essentielle à la force syndicale. Nous avons besoin de nouveaux emplois pour tous, des emplois de qualité. Développer les forces et les capacités à l’échelon national, régional et international est la seule façon de progresser. »

« L’ITF vous appartient. Votre voix est essentielle. Elle doit se faire entendre vivement et clairement lors du Congrès. Les femmes devraient se battre pour le leadership, alors c’est à vous de définir les enjeux prioritaires. »

28 January 2014
video
Les femmes qui transportent le monde !

Les travailleuses des transports de l’ITF transforment le monde des transports et de leurs syndicats. Elles multiplient les efforts pour que les femmes aient accès à plus d’emplois dans le secteur, à plus de postes de direction dans leur syndicat et jouissent d’une plus grande sécurité sur leur lieu de travail.

Les déléguées de la conférence ont regardé ce film pour écouter le message des femmes qui mènent ce combat.

.

28 January 2014
update
Pendant la conférence, l’assistance prend la parole

Les déléguées présentes à la conférence ont pris la parole pour partager leurs expériences sur les thèmes de l’organisation syndicale et de la violence à l’égard des femmes.

Fadia Koleilat Georgevitch, Syndicat des compagnies aériennes du Proche-Orient et compagnies affiliées, du Liban : « Je suis la première femme dans l’histoire des compagnies aériennes du Proche-Orient à avoir été élue en tant que responsable adjointe de mon syndicat.  Nous travaillons à la ratification d’une législation nationale sur la violence. La crise économique a encouragé les femmes à intégrer le marché du travail pour améliorer leurs niveaux de vie, et renforcer le syndicat. »

Ekaterina Yordanova, Fédération des syndicats du transport de Bulgarie : « Nous avons négocié, combattu et nous avons fait grève. Nous avons limité l’impact de la crise économique. Nous avons participé aux campagnes de l’ITF et avons recruté des hommes et des femmes dans notre syndicat. »

Jaya Agarwal, AIRF, Inde : « L’année dernière était l’année ‘Brisons le silence contre la violence’. Grâce à notre campagne, nous avons remporté une victoire dans la législation nationale, qui stipule désormais la nécessité de comités sur le harcèlement sexuel dans tous les lieux de travail. »

Séverine Scaillet, Secteur Cheminots de la Centrale Générale des Services Publics, Belgique : « Je suis conductrice de train. Nous luttons contre le quatrième paquet ferroviaire. Rejoignez-nous le 25/2 dans notre combat pour nos services publics. Nous sommes des jeunes travailleurs et travailleuses et nous devons nous réveiller. »

En savoir plus sur la campagne européenne contre le quatrième paquet ferroviaire >>
 

28 January 2014